Le référenceur qui se lance dans le e-commerce ne doit pas tout miser sur le SEO

matthieu-verneMatthieu Verne est un consultant en référencement bien connu dans la sphère SEO sous le pseudo de Referenseo. Il vient de lancer une boutique en ligne de déguisement nommée Deguiz-Fêtes.

Tu as lancé la boutique Déguiz Fêtes le 6 juillet 2012, cela fait donc 4 mois qu’elle est ouverte. Est-ce qu’il y a des aspects du métier d’e-commerçant que tu n’avais pas du tout imaginé ?

Bien que dans le web professionnellement depuis plus de 3 ans, et ayant travaillé le référencement de plusieurs boutiques en ligne, j’avais sous-estimé le travail que cela demande, d’une part concernant la création du projet, mais aussi de façon journalière ensuite. Il faut toujours être alerte par rapport au suivi des commandes, répondre aux internautes par téléphone, tchat en ligne, mail, … C’est tout plein de petites tâches qui remplissent assez vite une journée finalement. Et quand on a un autre travail à côté (référenceur freelance), ce n’est pas toujours évident de tout concilier.

Si tu pouvais revenir en arrière, qu’est-ce que tu ferais différemment durant la période qui précède l’ouverture de la boutique ?

Le projet a pris place dans ma tête en octobre 2011, mais c’est en mars que c’est réellement parti avec la création de la société. C’est donc 5 mois qui se sont passés entre le début des développements et la mise en ligne du site, début juillet. Pendant cette période, j’ai commencé à recruter quelques adresses mail avec une page d’attente sur la boutique, j’ai écris quelques articles sur le blog de la boutique (Déguiz blog), j’ai créé quelques sites satellites sur des thématiques de niche. Si c’était à refaire, je ferais la même chose mais en plus intense. Par manque de temps je n’ai pas pu faire tout ce que j’espérais.

Entre le moment où tu te décides à te lancer dans cette thématique et le moment où tu ouvres Déguiz Fêtes, des concurrents apparaissent et rendent cette niche beaucoup plus difficile. N’as-tu pas eu envie de laisser tomber ?

Je ne sais pas combien de boutiques ont vu le jour entre fin 2011 et l’été 2012, mais beaucoup ! Et la concurrence était déjà rude avant cela. Ce n’est pas les nouveaux qui me font peur, il y en a beaucoup, mais tous ne réussiront pas. Il faut que j’arrive à sortir du lot par une présence plus importante sur Internet. Nous sommes beaucoup à vendre les mêmes produits. Outre le prix, c’est donc la visibilité qui fait la différence. Il faut être présent sur Google pour faire partie des sites que va voir l’internaute, mais il faut aussi être présent sur les comparateurs lorsque les personnes compareront les offres. Il y a de nombreux moyens d’être visible, le but est d’être partout à terme, mais ça demande du temps.

deguiz-fetes-capture

Tu crées des sites internet et pourtant tu as fait appel à une agence web pour monter ta boutique en ligne. Pourquoi ne pas avoir l’avoir créée toi même ?

Je ne crée pas de site (enfin à part des WordPress assez basiques), même si je bidouille un peu le code, je ne suis pas développeur. Je m’étais déjà essayé à créer une boutique moi-même, et j’ai vite vu arriver mes limites. C’est pour cela que j’ai décidé de ne pas faire la même erreur avec Déguiz fêtes.

L’agence Altiplano a été une évidence (même si j’ai tout de même demandé des devis ailleurs) pour plusieurs raisons. La première est que nous nous connaissions. Même si l’agence est en Bretagne, l’un des gérants était à Clermont-Ferrand à la base (comme moi donc), et nous avons eu un contact commun qui nous a permis de travailler ensemble sur le référencement de quelques projets. J’ai donc pu constater le sérieux de leur travail, et le feeling passait bien, c’est important également.

De plus, j’ai pas mal regardé les autres créations qu’ils ont pu faire et j’ai été séduit également. Le fait qu’ils soient spécialisés dans Magento leur a permis de développer pas mal de choses spécifiques pour pallier aux bugs natifs de Magento, notamment en terme de référencement, je savais donc qu’avec nos expertises réunies on pouvait faire quelque chose d’assez sympa.

Le secteur du déguisement est événementiel, ainsi tu dois avoir des pics d’activité pour Halloween, le nouvel an, le mardi gras, … Arrives-tu à concilier cela avec ton autre activité qu’est le référencement internet ?

En effet, il y a eu un premier gros pic pour Halloween, ça devrait être pareil pour les fêtes de fin d’année et pour le carnaval (en mieux encore j’espère !). Concilier la boutique et le référencement n’est pas forcément évident. Pour arriver à tout gérer, vu que je suis seul pour ces 2 activités, je sous-traite davantage de choses en fonction des besoins du moment. J’ai pu m’entourer de personnes qui travaillent bien, et dans la même logique que moi, on arrive donc à bien travailler ensemble sur les principales tâches que je sous-traite. Mais bon, les journées ne sont pas assez longues, et ça sera toujours le problème.

Le référencement est ton premier métier, as-tu basé toute ta stratégie d’acquisition de clients sur le trafic moteur ou tu en as d’autres ?

Et bien non, au contraire presque. Evidemment, j’ai tout fait pour avoir un site au maximum optimisé pour le SEO, mais au niveau netlinking, j’y vais assez doucement en fait. Principalement pour une raison : j’ai envie de voir autre chose que le référencement. C’est d’ailleurs la raison qui m’a poussé à me lancer dans le e-commerce : la frustration de ne pas pouvoir faire tout ce qu’on veut sur le site de nos clients. Du coup, je privilégie d’autres approches comme la présence sur les comparateurs de prix, sur les places de marché ainsi que des partenariats plus poussés qu’un simple échange de liens. Bien sûr tout est fait pour que ça pousse le référencement naturel quand même, ça progresse tranquillement et ça me va très bien.

De nombreux référenceurs se lancent dans le e-commerce, as-tu des conseils pour eux ?

Je pense que le fait de travailler dans une branche du web (référencement ou autre) avant de se lancer dans le e-commerce est très important car cela permet d’avoir une vision plus juste de certaines choses. Lancer son e-commerce et ne rien connaître au référencement, aux réseaux sociaux, aux places de marché, … est impossible à mon avis aujourd’hui, à moins d’avoir des moyens financiers assez importants pour confier ce travail à des prestataires qualifiés.

Pour en revenir à la question, s’il y a une erreur à ne pas commettre quand on est référenceur et qu’on se lance dans le e-commerce, c’est de ne pas baser toute sa stratégie sur le SEO en se disant qu’on est le plus fort de toute façon. Donc attention aux SEO qui ont la grosse tête

Good Luck !

Merci.

Publié le 11 novembre 2012