Interview de Delphine Desmaizières de Vic et Zag

delphine-desmaizieresAvec Vic et Zag, Delphine Desmaizières se lance dans le e-commerce en proposant des articles pour toute la famille.

Peux-tu présenter ta boutique ?

Vic et Zag est une boutique en ligne qui présente des accessoires modes et déco de nouveaux créateurs avec des articles souvent personnalisés, colorés et qui s’adressent tant aux enfants qu’aux adultes.

On y trouve en vrac des cadeaux de naissance avec des bracelets gravés aux prénoms des enfants, des doudous déco, des tableaux et de jolis albums photos personnalisés avec la broderie d’un prénom, d’une date ou d’un message.

Mais aussi des articles pour fillettes avec d’adorables barrettes qui ont du style et que l’on expose sur des tableaux dans la chambre, des bracelets fantaisies en nacre et Liberty, des sautoirs comme pour les grandes.

Les petits garçons ont eux aussi leur bracelet cordon et peuvent se créer un tee- shirt personnalisé avec une tête de pirate, un ballon de rugby, des planches de surf et surtout y ajouter leur prénom ou un message à faire peur !

Les mamans craquent pour les bracelets médailles où elles peuvent afficher leur tribu au poignet ou sur un beau pendentif en argent par exemple, elles adorent aussi les liens Liberty, très tendance, qui se nouent et s’adaptent à la taille du poignet mais raffolent aussi de sacs originaux et pochettes que l’on aime montrer avec la photo de son choix en transfert.

Les messieurs pourront alors trouver leur bonheur pour contenter tout le monde, sans oublier pour eux les boutons de machettes personnalisables et aussi leur bracelet cordon à graver sur or, argent ou plaqué or.

Tu utilises Prestashop, comment trouves-tu cette solution e-commerce ?

La boutique est en ligne depuis mi-décembre, elle est propulsée par Prestashop une solution open-source simple d’utilisation et vraiment complète qui n’a rien à envier aux autres. L’investissement est donc limité aux frais d’hébergement et nom de domaine. Une fois adoptée on se l’approprie facilement et surtout on reste maître du jeu en agissant seul pour les mises à jour, les fiches produits, les photos…

vic-et-zag

La maquette en place, j’ai voulu la rendre jolie, envelopper les articles dans un bel écrin comme un paquet cadeau et surtout me créer une identité visuelle forte et bien à moi.
Je vends des bijoux, de la fantaisie, des froufrous et trucs de nana pour l’essentiel et cela compte énormément.

C’est alors que je me suis entourée de professionnels :

  • une graphiste pour l’évolution de mon logo en format HTML qui était jusqu’ici qu’un croquis dessiné à la main par ma cousine,
  • l’équipe de mon webmaster a su répondre à toutes mes attentes, reproduire l’esprit décrit dans une charte graphique me correspondant, améliorer l’ergonomie de la boutique ainsi que la navigation.
  • des amis proches et patients me renseignent toujours au mieux sur mes lacunes

J’ai beaucoup écouté et appris aussi «des gens du métier» ou plutôt de tous ces métiers que je n’ignorais jusqu’à l’existence il y a encore quelques mois. Cette population, mal connue, se montre rarement avare de conseils et s’oriente vers le partage d’informations et de connaissances très facilement.

Quelles sont les principales difficultés que tu rencontres ?

Entreprendre n’est pas facile, choisir le e-commerce comme voie ne semble pas difficile pour commencer mais vite les choses s’accumulent et tout faire seule devient parfois très lourd. Les investissements financiers sont moindres au départ en comparaison d’une installation physique avec bail commercial, pas de porte, stock de marchandises, … Mais beaucoup de choses sont à faire pour être performant, reconnu et visible sur la toile et cela a un coût.

En effet, le référencement de sa boutique demande beaucoup de temps avec des éditoriaux à rédiger, des forums et blogs à consulter, participer aussi à la vie sociale sur la toile via les nouveaux réseaux sociaux tel que Facebook et Twitter. Le référencement dit naturel est long à se mettre en place, par conséquent nous sommes vite invité à passer au référencement payant avec l’achat d’Adwords ou mots clés où là les campagnes publicitaires chiffrent vite.

Une fois la difficulté passée de faire connaître la boutique, le trafic devenant plus régulier et honorable se pose la question du taux de conversion, sur 100 visiteurs combien achètent ?

L’internaute surfe sur la toile, il compare les produits, les prix, les marques, les créateurs puis part et puis revient ou non. Telle une clientèle de passage. Vic et Zag présentant des produits ultra-concurrentiels, je rencontre ce genre de problème où les visiteurs viennent découvrir et se balader de plus en plus régulièrement mais avec un taux de conversion restant encore très faible.

Enfin tenir une boutique ecommerce multiplie les activités, en plus d’être un commerçant auprès de la clientèle d’internautes, il faut savoir vendre au mieux son image et pour cela faire parler de la boutique, organiser des jeux et concours, participer à des forums, des blogs donc se trouver un profil d’éditorialiste mais pas seulement !

Il faut aussi trouver les bons produits et donc visiter et chercher les petites boutiques correspondantes à l’esprit que vous voulez donner à la vôtre, vous vous transformez donc en agent commercial pour le compte de votre boutique auprès des fournisseurs et créateurs.

Je vous passe les détails comptables, administratifs et juridiques que les autres commerçants physiques connaissent également. Enfin, l’ecommerçant enfile aussi l’habit de manutentionnaire pour préparer les colis et les expédier le plus rapidement possible ! J’ai donc découvert cet univers et ces métiers il y a très peu de temps.

Peux-tu nous raconter ton parcours ?

Mon parcours est complètement atypique, avec une formation de juriste en poche j’ai intégré un grand magasin avec la responsabilité de divers services administratifs et commerciaux. Après 5 années d’expérience, j’ai dû quitter cet univers pour suivre mon mari dans le sud et donc me trouver une autre activité.

Le goût d’entreprendre et de me réorienter s’est fait sentir rapidement comme une sorte d’idée souterraine depuis longtemps. J’ai alors activer mon réseau, rencontrer les bonnes personnes qui m’ont poussée dans mon projet.

L’idée de Vic et Zag s’est imposée car ce projet est aussi le fruit de ma vie de famille, d’où l’idée d’utiliser les diminutifs des prénoms des enfants ! Les gens avec qui je travaille aujourd’hui sont pour la plupart des amis ou connaissances d’amis. Je présente des articles qui me plaisent avant tout et pour lesquels je crois qu’il y a un bel avenir.

Le ecommerce est fantastique pour cela, on peut toucher un maximum de gens très vite le tout est de ne pas les décevoir et de toujours essayer de les surprendre avec des nouveautés pour ne pas se faire oublier et tenir sa place. Ce nouveau commerce prend une place de plus en plus importante auprès des foyers, de tout âge. Les habitudes d’achat changent et cela très vite. Bien des choses sont présentes déjà sur la toile mais il reste beaucoup à faire et je pense qu’il est encore possible de se faire une place.

Good Luck