Il vaut mieux se positionner sur une niche où l’on maitrise son modèle

gaiia-logoAvant le lancement officiel de sa boutique Franck Peiffer-Shane répond aux questions de GLE et apporte sa vision sur l’amorce d’un e-commerce.

Peux-tu présenter la boutique Gaiia ?

Avant d’être une e-boutique, Gaiia c’est avant tout une marque et un produit, du savon végétal naturel. Une marque qui se veut responsable et respectueuse de tous les intervenants, pour délivrer, au final, un produit composé tout autant de qualités humaines que de matières précieuses.

Nous sommes avant tout des fabricants, des Savonniers installés à Goa (Inde) pour la production (c’est là que réside depuis plus de 15 ans un des deux associés) et à Valence pour les bureaux commerciaux, la « com » et le stock.

C’est quoi le plus Gaiia ?

Le plus, c’est notre méthode de fabrication, la « Saponification à Froid » une méthode ancestrale qui fait de nos savons des cosmétiques lavant.

Méthode qui conserve toutes les qualités de ses composants et surtout, qui conserve cette précieuse glycérine naturelle aux propriétés hydratante et émolliente (assouplit et détend la peau). Glycérine qu’aucun des savons industriels du marché, ni même le Savons de Marseille ou d’Alep ne possède. De manière générale les industriels enlèvent la glycérine des savons (relargage) pour la revendre très cher aux gros fabricant de cosmétiques.

Mais vendre du savon sur internet, t’es pas sérieux ?

Ni plus ni moins sérieux que de vendre des bonbons, des chaussettes, des boites à Bento, ou des articles de rasage. Quand on a pas la possibilité (ou l’envie) d’être un gros pur player généraliste, il vaut mieux se positionner sur une niche où l’on maitrise son modèle, son produit et qu’on dispose d’une forte visibilité sur son marché.

En plus le savon est le produit idéal pour l’e-commerce : petit et léger (moins de frais de port et de stockage), renouvelable rapidement (un savon de 100 grammes c’est un mois d’utilisation en moyenne). Nous travaillons aussi sur la mise en place d’abonnements pour envoyer des savons à nos clients de façon automatique tout les mois, trimestres, etc…

La home du site annonce un démarrage « très rapidement ». C’est pour quand ?

Oui, nous avons presque six mois de retard sur notre premier calendrier, nous n’avons pas évaluer correctement le timing nécessaire à la création d’une marque adossé à la création d’un site de production dans un pays comme l’inde où les lois changent d’un état à un autre, et où la législation sur le savon est encore plus complexe qu’en Europe sur certains points.

En Europe (contrairement aux USA), le savon fait parti des cosmétiques et est donc assujetti aux mêmes normes drastiques : déclaration à l’Afssaps, dépôts des formules aux centres Antipoisons, évaluation des conditions sanitaires de fabrication, les Douanes, j’en passe la liste est longue…

Résultat, même si nous sommes dans le dernière ligne droite, que ce n’est plus qu’une question de jours / semaines, nous préférons ne pas donner de date précise. Du coup, au regards des difficultés de production, la réalisation de l’e-boutique a presque été une formalité.

gaiia-blog

Le blog va fêter ses un an et le shop n’est toujours pas opérationnel. Quel est l’intérêt d’avoir lancé un blog si tôt ?

Nous voulions lancer le blog six mois avant l’ouverture de notre activité (ça a juste un peu débordé). Pourquoi un blog ? Les principaux intérêts sont : le référencement, la possibilité de communiquer sur sa marque et ses produits en amont, établir une cartographie de son marché, jeter un pont entre les acteurs de notre activité et surtout interagir avec les futurs consommateurs. J’avoue prendre un plaisir énorme avec ce blog grâce aux échanges avec d’autres savonniers, des blogeurs et des lecteurs. La tenue d’un blog est certes extrêmement chronophage, mais pour nous, cela fait intégralement parti de notre plan de communication. Un blog vide c’est pire que tout !

Outre cet aspect de référencement naturel, comment comptes-tu promouvoir ta boutique ?

Avec le tryptique classique : référencement naturel, Adwords, réseau.

Et dans la vrai vie, l’envoi de dossiers de presse et d’échantillons à l’usage de rédactrices de magazines et de blog influents dans la cosmétique naturelle.

Pour terminer, quelle boutique est ta source d’inspiration ?

Je n’ai pas de boutique de référence en particulier, mais je porte un grand intérêt à tout ce qui apporte un supplément dans le service délivré et la relation de confiance entre le commerçant et son client, sans oublier la qualité de présentation des produits (stop aux vignettes produit où le zoom est méga pixelisé, ou plus petit que l’image d’origine).

Good Luck